Histoire de la grosse maison de Villey St Etienne

Si le village fut donné à l’Eglise de TOUL vers 610, ce n’est qu’après la mise en place de l’organisation de l’Evêché de TOUL, vers 1362, que Villey Saint Etienne devint une prévôté dirigée par un chanoine. Mais à cette époque, on ne parle ni de château, ni de maison forte.

C’est dans la seconde moitié du XVème siècle que le bâtiment actuel fut édifié en surplomb de la Moselle, offrant ainsi une vue imprenable sur toute la vallée.

Le constructeur de cette maison forte ainsi que l’utilisation de celle-ci restent inconnus jusqu’au XVIème siècle.

Le premier propriétaire connu est Louis 1er de la MOTHE, Conseiller d’Etat, Maître des requêtes du Duc Charles III depuis 1560, Seigneur de Froidos, Marchéville, Lanfroicourt, celui-ci ne demeurait pas dans la Grosse Maison, mais à Lanfroicourt.

En novembre 1576 (le 5 novembre 1576 d’après l’Abbé MANET), Louis 1er de la MOTHE, face au danger de la peste à TOUL, met sa demeure à la disposition des chanoines de la Cathédrale St Etienne.
En remerciement, ceux-ci « ont donné quatre francs pour distribuer aux pauvres lépreux de Villey », cette maladie y faisait encore des ravages. Il est possible qu’à Villey, ces malheureux aient été cantonnés dans des « loges » à l’écart du village. Un lieudit, vers Gondreville, porte encore ce nom.

En 1609, c’est son fils Louis II de la MOTHE Seigneur de LANFROICOURT, qui était propriétaire de la Grosse Maison.

Celui-ci, probablement à court d’argent, vendit ses biens de Villey.

Au printemps 1609, Jean RAGUET, chanoine, Prévôt de VILLEY SAINT ETIENNE, vint inspecter les bâtiments avant de les acquérir. Bien qu’il y ait d’importantes réparations à faire, il fut satisfait de l’ensemble et les 1er et 3 juillet 1609, l’acte de vente au profit des chanoines du Chapître de la Cathédrale de TOUL fut ratifié devant Me Philippe FOURNIER, Tabellion général aux Duché de Lorraine, Comté de Vaudémont et ez baillage d’Espinal et de Chastel sur Moselle, moyennant la somme de 16.000 francs monnoye de Lorraine.

A partir de 1650, les chanoines louèrent la « Grosse Maison » et le domaine qui en dépendait.

Le premier locataire fut le Sieur de Contrisson et de Condé (actuellement Custines), négociateur des démêlés opposant le Duc de Lorraine Charles IV et le roi Louis XIII.

Le « château » fut ensuite loué :
- en 1655 à Catherine de la Vaux
- en 1658 à Nicolas de Rambouillet
- en 1660 à Louis de Belcastel Seigneur de Permillac « Mareschal de Camp » de Louis XIV.

A partir de 1677, les chanoines décident de louer directement à des cultivateurs de Villey Saint Etienne :
- 1677 Sébastien PAULUS (décédé le 9 janvier 1703 à VILLEY SAINT ETIENNE)
- 1703 Antonin POUGIN
- 1716 Dominique REMY et Jacques MORAL,
- 1724 Georges CHAMPOULET,
- 1743 Henri JEANMAIRE puis à son fils François.

Pendant ces années de location, la « Grosse Maison » subit d’importantes modifications : l’ancien « corps de logis » fut complètement séparé de la cour et du « Pavillon », on supprima le perron et on ouvrit une porte sur la rue au bout de la « Grande Allée », le mur de la cour fut démoli et rebâti à neuf.

Le dernier à avoir payé bail est Claude BRUANT en 1786.

DURANT TOUTE CETTE PERIODE LE « PAVILLON » (mairie actuelle) FUT RESERVE AU PREVOT.

En 1789, l’Assemblée Constituante décida que tous les biens de l’Eglise seraient dorénavant biens nationaux !
En 1790, l’Assemblée Constituante ordonna que ces biens, devenus « Nationaux », soient vendus. La « Grosse Maison » n’y échappe pas et la municipalité de Villey Saint Etienne prit la décision de souscrire à son rachat pour la somme de 64.800 livres de France. Mais cette soumission n’eut pas de suite et le fermier Claude BRUANT continua à payer son loyer, non plus aux chanoines mais au « District de TOUL ».

Le 15 septembre 1792, le Directoire du Département de la Meurthe organisa la vente aux bougies (enchères) de la Grosse Maison.

La ferme et les dépendances furent adjugées à MMrs ROYER et Nicolas CLAUDE de FOUG, alors que le « château » échut à Claude BRUANT moyennant la somme de 4.425 livres. Cet achat fut fait en commun avec les sieurs Pierre PERRIN et Louis ANDRE, résidents de VILLEY SAINT ETIENNE.

A la suite de cette vente, l’ancienne propriété des Chanoines du Chapitre de la Cathédrale de TOUL se trouva fractionnée.

Au XIXe siècle, le « château » et ses dépendances firent l’objet de plusieurs ventes.

Ce n’est qu’en 1810 que la municipalité fit l’acquisition du « pavillon » et y installa le Presbytère ainsi que des locaux communaux et ce jusqu’en 1852, époque à laquelle fut construit à proximité, le traditionnel bâtiment « mairie-école ».

La Grosse Maison resta Presbytère jusqu’en 1995, date du départ de l’Abbé BEAU. Elle fut classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1989. Le pigeonnier, daté de 1725 fut également classé et reste un exemple dans le secteur.

Deux niveaux de caves voûtées superposées sont d’un intérêt certain pour le visiteur ; l’ancien pressoir banal y a été restauré.

Le jardin médiéval, exposé plein Sud, offre une vue superbe sur la vallée de la Moselle.

 

Gisèle DANIEL - Mai-Juin 2009
                                                                                                             


SOURCES :
- Le château de VILLEY SAINT ETIENNE par l’Abbé MANET
- Il était une fois…VILLEY SAINT ETIENNE juin 1980
- Etudes Touloises n° 71
- Bulletins municipaux janvier 1999 et janvier 2009, avec l’aimable autorisation de Mr Jean Pierre COUTEAU, maire de VILLEY SAINT ETIENNE



Réagir


CAPTCHA


Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Galerie photos

20 ans de généalogie

Livre d'or

Dernier message :

je ne connais pas encore votre cercle mais suis interessée

par Thérèse MARION

Aller sur le livre d'or